Retour

Le château-fort

PHOTO

Le château-fort sous toutes ses coutures ...

Les Anglais diraient «  good play value », soit « bonne valeur jeu ».

En effet, le château-fort, par son volume et ses différents angles, offre de multiples possibilités de jeu : chevaux et diligences peuvent s’en approcher et en faire le tour. Toutes les figurines peuvent s’y retrouver, en châtelain, piétaille ou assaillant. La rampe d’accès, presque toujours assortie d’un pont-levis, est la porte ouverte à toutes les imaginations. Les oubliettes sont là quelque part pour avaler félons, misérables ou preux chevaliers. Les tours et les bâtiments abritent le seigneur des lieux et le protègent des incursions extérieures. Les chemins de ronde sont là pour que les soldats gardiens puissent scruter l’horizon. En déplaçant à la main l’une ou l’autre figurine, toc, toc, toc, toc, toc, elle change de situation et ajoute un monologue au théâtre que le château constitue.

image id=58 Les drapeaux, oriflammes, lansquenets, canons, machines de guerre, béliers, soldats, chevaux et animaux, chariots, etc, tout peut ajouter au plaisir du jeu avec un château fort. Il peut même être démoli partiellement : la plupart des productions permettent un démontage de tous les éléments. Et quand on n’y joue plus, tous ces éléments peuvent généralement se ranger (avec un peu d’astuce et de patience) dans le coffret que constitue la base du château.
Vraiment une « bonne valeur jeu »

image id=55 La diversité des forts produits est presqu’infinie, les plus grands étant souvent les plus rares. L’Allemagne en fut le producteur le plus important, mais d’autres pays – nous connaissons l’Angleterre, la France, le Danemark et la Belgique- ont eux aussi une production parfois très caractéristique.

Dater un château est difficile, ainsi que lui attribuer son fabricant. Beaucoup de catalogues anciens, ou répertoires de grossistes, omettaient systématiquement d’indiquer le nom du fabricant ou la provenance du jouet. Par comparaisons ou renseignements recueillis en des musées et des collections privées, des amateurs cherchent à attribuer à chaque producteur ce qui appartient à César.

En Belgique, c’est relativement facile. La plupart des châteaux-forts ont été produits par Nazaire BEEUSAERTimage id=56  (DEINZE lez GAND). Une grande série avec moult variantes représente des châteaux démontables, et une autre série comprend des non-démontables, c'est-à-dire monoblocs, dont seules les toitures sont parfois amovibles… d’où leur rareté, ces éléments ayant souvent disparu au fil du temps. La firme DURSO (DUR et SOlide) à Liège, s’est distinguée en proposant un fortin en éléments séparés (genre UNALIT) recouvert d’un papier marbré- moellons brun et ocre) qui permettait un assemblage en plusieurs variantes.

image id=57 Au Danemark, les jouets châteaux-forts ont la réputation d’avoir été fabriqués en des prisons.
En France, c’est la firme STARLUX qui est la plus souvent rencontrée.
L’Angleterre a vu TRI-ANG au premier rang des fabricants, mais d’autres, plus ou moins connus existent (voir le site http://toyforts.com de notre spécialiste Allen Hickling). Il existe certainement d’autres productions mais de petite envergure à notre connaissance.

Les châteaux construits par les papas pour leur rejeton forment une catégorie supplémentaire, dans laquelle on peut également ranger les forts construits sur base d’instructions dans un magazine (qui parfois fournissaient également les éléments décoratifs (papier) à découper pour oriflammes ou collage sur le fort).

Depuis l’avènement du plastique, le château-fort s’est également retrouvé sous forme de seau de plage, ce qui permettait de démouler des fortins « sur mesure ».
Plusieurs firmes, en Allemagne, Espagne, Angleterre, France et dans le Sud-est asiatique, ont également mis sur le marché des forts en plastique, soit monoblocs, soit en éléments démontables.

Pour compléter le panorama, des dizaines de châteaux en cartons léger, à découper-assembler ont vu le jour en Allemagne – la Maison J.F. SCHREIBER à Esslingen lez Stuttgart s’en taille la part du lion- ou en France, avec quelques réalisations de PELLERIN à Epinal, ou encore d’autres imprimeurs vosgiens.


Votre choix :

Other languages :


Notre adresse :

A.S.B.L. Musée du Jouet
Rue de l'Association, 24
1000 - Bruxelles
Belgique

Site optimisé pour :

FIREFOX site réalisé avec COPIX